Avez-vous du courage ?

 

Quand je vivais aux États Unis, les gens me demandaient souvent comment j’étais arrivée là et je leur disais donc que j’étais venue seule, avec deux valises et deux-cent cinquante dollars dans ma poche.  Ils s’exclamaient alors combien ils me trouvaient courageuse et moi je trouvais ça bizarre.  Pour moi, mon arrivée à New York avait été quelque chose de terriblement excitant, une belle aventure qui commençait !

Mais à force d’entendre les gens me dire la même chose, j’ai pensé qu’il y avait là peut-être, matière à me pencher sur la question.

Qu’est-ce que le courage, vraiment ? Le dictionnaire dit “Force morale, fait d’agir malgré les difficultés” ou bien “Fait de ne pas avoir peur, force devant le danger ou la souffrance”.  Oui, je suis bien d’accord avec ces définitions mais cela voudrait-il dire que si l’on n’a pas peur, on n’est pas courageux ?  Ou bien est-ce autre chose ?  Il est vrai que je n’avais pas peur, lorsque je suis partie pour les États-Unis, en 1981, sans connaître qui que ce soit pour m’accueillir.  J’avais bien un endroit où dormir les deux ou trois premières nuits, mais il fallait que je me débrouille très vite pour trouver une autre solution pour la suite.  J’étais dans la confiance et j’avais le cœur  enflammé par l’euphorie de mon arrivée dans cette ville extraordinaire.

J’avais de bonnes bases d’Anglais écrit et lu grâce à une très bonne prof au lycée (merci Mademoiselle Fumius, je ne vous ai jamais oubliée), mais pour ce qui était de comprendre les Américains ou de me faire comprendre, c’était une autre histoire.  Mais malgré tout, je n’avais pas peur.

Voici l’origine étymologique du mot courage, trouvée sur Wikipedia :  Le courage (dérivé de cœur) est une vertu qui permet d’entreprendre des choses difficiles en surmontant la peur, et en affrontant le danger, la souffrance, la fatigue. Depuis l’antiquité et dans la plupart des civilisations, le courage est considéré comme l’une des principales vertus, indispensable au héros.

Je n’affrontais pas de danger, je n’étais pas dans la souffrance, et je n’avais pas peur, donc il ne s’agissait pas de courage.  De quoi s’agissait-il alors ?  Tout simplement d’assurance !  J’étais sure de moi car j’étais guidée par mon coeur vaillant.  J’avais 26 ans à l’époque, j’étais pleine de fougue et d’entrain et New York m’appartenait !

Qu’en est-il de vous ?
Que pensez-vous du courage ?  En avez-vous ?
Etes-vous sur(e) de vous ?
Pensez à une chose, une action, un rêve que vous aimeriez atteindre, et foncez !!!

Vous aimez cet article ? Pensez à le partager.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *